Le CIDE se présente

présentation

 

Le Centre interdisciplinaire des droits de l’enfant, en abrégé le C.I.D.E., est le fruit d’un partenariat entre l’Université Catholique de Louvain (U.C.L.) et la section belge de l’O.N.G. Défense des enfants international (D.E.I.), qui a débuté en 2007. L’Université Libre de Bruxelles (U.L.B.), l’Université de Namur ainsi que la Coordination des O.N.G. pour les droits de l’enfant (CODE) se sont rapidement associées au projet.

A partir de la thématique des droits de l’enfant, le C.I.D.E. a pour objet de contribuer au débat et à la réflexion sur la place de l’enfant et de la jeunesse au sein du monde actuel, notamment en suscitant et en soutenant un dialogue entre les acteurs préoccupés par ces questions, quel que soit leur ancrage disciplinaire. Nous sommes ainsi ouverts à toutes les disciplines, du droit à la psychologie en passant par l’histoire, la criminologie, la sociologie, l’anthropologie, la philosophie, etc.

Le C.I.D.E. s’organise autour de trois pôles d’activités complémentaires qui se soutiennent mutuellement : la recherche, la formation et l’action.

Une complémentarité entre ceux-ci est essentielle. L’expérience des acteurs de terrain doit alimenter la recherche. La formation gagne à s’inspirer des résultats de la recherche et des expériences de chacun. Par la formation et la recherche, le centre peut soutenir ou participer à des actions ayant pour objet la mise en œuvre des droits de l’enfant et leur effectivité.

La recherche, la formation et l’action sont les lieux à partir desquels se constitue un réseau de professionnels susceptibles de contribuer aux différentes dimensions de l’activité du centre.

Les activités du C.I.D.E. l’amènent aussi régulièrement à collaborer au niveau international avec, entre autres, le Canada et la Suisse ainsi que la République Démocratique du Congo et le Burundi. En effet, le C.I.D.E est soucieux d’intégrer une dimension « dialogue nord-sud » parce que les droits de l’enfant concernent l’ensemble des enfants de la planète. Il est dès lors indispensable de s’ouvrir à d’autres lectures des droits de l’enfant ainsi qu’aux questions spécifiques que posent leur reconnaissance et leur mise en œuvre dans des contextes sociaux et culturels différents.